Nous pouvons nous déchirer sur la politique, le foot ou le présentateur du 20h de TF1 mais si il y a un sujet qui nous rassemble dans nos sociétés occidentales modernes c’est bien la défense de nos libertés.

Oui maintenant on utilise couramment le pluriel pour décrire la liberté. On divise, on compartimente et on négocie séparément. Liberté individuelle, liberté d’expression, liberté syndicale etc. Et à partir de là commence les problèmes.

Nous sommes liiibres mais, comme disait un moustachu, tout est relatif.

Nous sommes liiiiibres mais quand un dessinateur humoristique tente une vanne douteuse impliquant la religion juive, son patron sort le carton rouge. Et pourtant ça se passe à la rédaction du journal que l’on pensait le plus libre de France, Charlie Hebdo. Liberté d’expression oui mais faut pas que ça implique le fiston Sarkozy qui (d'après Libération) se convertirait au judaïsme pour se marier avec une héritière Darty, attention faut pas déconner.

Nous sommes liiiiiibres mais aux zEtats zUnis maintenant on va fouiller vos disques durs d’ordinateurs portables pour vérifier que vous n’êtes pas un terroriste. Liberté individuelle oui mais ouvrez votre sac à mains et mettez vous toute nue madame, votre barbe m’inspire pas confiance faut pas déconner.

Nous sommes liiiiiiiiibres mais en Allemagne le gouvernement est revenu sur la loi anti-tabac dans les bars, restau et compagnie pour l’assouplir et laisser les « petits établissements » n’ayant pas la possibilité d’aménager la fameuse « pièce fumeur ventilée » redevenir fumeur. Liberté de boire une binouze sans choper un cancer du poumon ? Oui mais les pauvres fumeurs et les patrons de troquets, ils votent aussi faut pas déconner !

Nous sommes liiiiiiiiiibres mais bientôt en France on scrutera tous les petits octets qui sortiront et rentreront par votre prise téléphonique pour voir si vous n’êtes pas de dangereux pirates qui téléchargez le dernier album de Carla Bruni sur Emule (mais qui utilise encore ce truc ?). Les artistes aussi doivent manger faut pas déconner.

Ah tiens vous saviez qu’Ingrid est libre ?

Quand on débat de liberté, on en revient souvent à cette petite phrase toute faite et pourtant tellement lourde de sens : « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Donc déjà, on n’est pas si libre que ça, et encore heureux. Je suis le premier à être content de l’interdiction de fumer dans les bars, même si ça prive les fumeurs de leur liberté de fumer où ils veulent. Le souci est que ça crée une frontière floue qui peut rapidement permettre d’en faire ce qu’on veut de la liberté.

L’exemple le plus flagrant étant bien sur la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. Rien de plus facile que de nous imposer des restrictions « pour notre bien ». Caméras de surveillance dans les rues des grandes villes, fichage des étrangers et autres joyeusetés que j’ai décrites plus haut.

J’ai eu un petit débat avec un collègue l’autre jour qui s’offusquait contre ce projet présenté par la Mission Olivennes qui obligera les FAI à regarder le contenu de nos bandes passantes. Comme je suis de nature contrariante, j’ai pris le parti du « faut bien qu’ils fassent quelque chose, contestataires ou pas contre les prix de la musique ou des films, les gens qui téléchargent illégalement sont des criminels ». La réponse était « ben ils se démerdent mais ils touchent pas à ma vie privée ! »

Doit-on faire des concessions sur notre liberté pour que la société maintienne son fragile équilibre ? Ou bien refuser catégoriquement toute intrusion dans notre vie privée et autre atteinte à notre liberté quand bien même ce serait pour notre bien ?

Parce que mine de rien, quand on apprend qu’un attentat dans le métro ou autre a été évité grâce au bafouement de notre vie privée, on est quand même bien content.

La liberté est donc une vaste question à prendre avec des pincettes et qui ne recueille aucune solution claire mais seulement un ensemble de fondements qui constituent autant de chemins qu’il est possible de suivre comme de s’en écarter. Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil sur la page Wikipedia de la liberté pour y constater tout l’imbroglio philosophique qui tente tant bien que mal d’y trouver des frontières bien définies. Et c’est pas moi qui me risquerais à tenter de prendre position sur la question.

Pendant ce temps là, Paris Hilton fait une vidéo pour répondre à un spot publicitaire de Mc Cain visant à décrédibiliser Obama. Le monde part vraiment en couille et encore, j’ai même pas parlé de tectonik (private clin d’œil).