Alors, comme il se doit, une petite présentation de ce qu’est le FIMU pour les non-initiés (pour plus de détails voir ici et ). Le FIMU, pour Festival International de Musique Universitaire, est un évènement unique en son genre en France qui propose trois jours de musique sur une douzaine de scènes réparties dans la vieille ville de Belfort. Le tout absolument gratuit.

L’évènement se déroule toujours le week-end de la Pentecôte et regroupe environ 60.000 spectateurs (je dirais moins cette année, on verra les chiffres).

Le gros intérêt du FIMU est qu’il propose une programmation multi-style allant de la musique de chambre au gros métal bien sale, le tout sur des scènes relativement proches géographiquement ce qui permet à chacun de venir découvrir des styles dont il n’a vraiment pas l’habitude (ça donne des situations marrantes huhu).

Aucune tête d’affiche puisque les groupes sont soient des formations estudiantines venues des quatre coins du monde, soient des petits groupes, le plus souvent français, qui écument les salles de concert de leurs régions respectives. En somme que du bon, du frais, de la musique qui se prend pas la tête et qui respire la scène.

Alors pêle-mêle j’ai bougé la tête sur du gros métal, move my body sur du reggae, jump sur du ska, halluciné sur des jazzmen polonais hallucinant (avec un bassiste à faire pleurer Dams) et … me suis rendu compte que j’étais décidément devenu trop vieux pour le teenage rock et le punk des années 80.

Ce que j’adore dans ce festival c’est que tu peux te pointer devant une petite scène où des mecs sont en train d’accorder deux saxos, une mandoline et une grosse caisse … et trois minutes plus tard, ils foutent un feu de dingue et font sauter 500 personnes. Où encore trouver trois mecs assis devant un magasin avec des amplis branchés sur une prise qui pendouille par une fenêtre et qui vont lâcher un jazz manouche trop bien. C’est ça la magie du FIMU.

Alors quelques groupes que j’ai particulièrement appréciés (et qui ont sûrement des MySpace si vous voulez écouter) :

Becs Bien Zen : Rock/Chanson à base d’accordéon, de banjo et de Gretsch White Falcon. Tellement bien qu’on les a vu deux fois. Prowpuskovic : Fanfare/Ska à la mandoline, très à la mode cette année la mandoline. Projazzteron : Jazz polonais avec le bassiste su-cité. Mango Gadzi : Orchestre/Ska assez similaire au précédent mais pourtant différent, un peu plus Rabbi Jacob touch et pompon de l'explosion du métronome. OPS : Reggae/Ska avec un chanteur infatigable qui saute partout même sous un soleil de plomb ! Troïdes Priamus Hecuba : Metal avec un autre bassiste qui slap comme un fou.

Sinon concernant les choses essentielles à retenir : Olivier a trouvé un mec plus grand que lui (mais il était pas français), Aurélie est lente, Djé a passé un quart d’heure à essayer de prendre des rayons du soleil en photo, Erwan a réussi à renverser plus de bière qu’il en a bu, bière qui est toujours autant coupée à l’eau, Aurélie est lente, la saucisse de canard c’est bon, Luc je suis ton père, une légende prétend que je ronfle, Patou était content d’apprendre le jour même que je dormais chez lui (la faute à Luc), Aurélie est lente, j’ai même pas mangé de sandwich andouillette, il a plu 1h mais il a plu quand même parce que c’est la tradition, Damien est une fiote parce qu’il est pas venu, si Aurélie marchait plus lentement elle reculerait.

Ah et fidèle à ma blanc-bec way of life, je suis revenu avec un coup de soleil sur le pif (et il y a de la surface) à faire chialer un grand brûlé (mon tube de biafine a pris une claque).

Et dans un mois, on remet ça pour les Eurocks avec encore plus de potes, de bière à l’eau qui saoul pas et de coups de soleil. Live music for ever Yeah !