Bref, j’ai envi de simplifier le monde politique en deux catégories de gens : les utopistes qui pensent qu’on peut changer le monde où du moins le faire évoluer un ptit peu ; et les fatalistes qui se disent que de toute façon on est foutu alors autant essayer de vivre le moins mal possible et de pas crever trop vite et dans pas trop de souffrances et Marise remets moi un coup de fouet j’en ai pas eu assez aujourd’hui *schlaaaa*.

En plus je suis super objectif. Vous avez besoin que je précise qui sont les utopistes et qui sont les fatalistes ?

Non parce qu’en fait j’ai l’impression que toutes les discussions droite gauche (les vrais hein, pas les faux débats à la télé entre zhommes poulitiques … quoique parfois) se déroulent toujours suivant le même genre de schéma.

Exemple, le mec de gauche tente d’expliquer au mec de droite le principe du social, le mec de droite l’écoute avec un regard condescendant sur ce pauvre garçon qui pense qu’un jour il n’y aura plus de pauvres et pourquoi pas vivre sans travailler non mais.

Ou encore le mec de gauche qui montre du doigt un enculé qui profite honteusement de sa position pour pomper la société jusqu’à la moelle, ce à quoi le mec de droite répond que, de toute façon, le mec avant était pire.

Je pourrais en trouver un paquet des comme ça (mais je suis un mec de gauche donc feignant donc je vais pas chercher)

Toujours est-il que si on suit ce raisonnement et que c’est les mecs de droite qui dirigent les choses, on en arrive à une société qui stagne, voir qui pourrie doucement tout en essayant de se maintenir d’aplomb à grand coup de sparadrap. En effet, puisque de toute façon, on pourra plus améliorer les choses, on prend des mesures qui permettent aux individualistes qui rament un peu plus fort que les autres, ou qui ont la chance d’être dans un bateau plus rapide, de surnager dans cette merde qu’est la vie. Les moins forts ou moins bien lotis sont déclarés en pertes et profit parce qu’on s’en sortira pas sans casse désolé les gars prenez votre billet pour la prochaine loterie du karma et retentez votre chance.

Mais moi, malgré que les conditions me permettraient sans trop de mal de m’en sortir dans ce monde tout cassé, j’ai décidé que je préférais agiter mes ptits bras de mec de gauche et de hurler mon utopisme à qui mieux mieux.

Parce qu'il faut arrêter de croire le modèle de société qu'on nous propose c'est forcément le seul possible, qu'on pourra plus en sortir, qu'il faut arrêter de croire que les certitudes ça existe. Parce qu'il faut se rappeler que tout est relatif.

Parce que la vie ça peut être joli, agréable et intéressant pour tout le monde jeune, vieux, feignant, travailleur, intelligent, idiot, homme ou femme, je continuerai à brailler sans relâche mes conneries utopistes comme quoi on peut tous être heureux mais que pour ça faut simplement y croire. Na.