« Ayant confié tous ses intérêts à ses associés britanniques, [Forrest Mars] repart de zéro et fonde dans le New Jersey, avec Bruce Murrie, le fils du président de Hershey, le principal concurrent de Mars, la société M&M’s (Mars & Murrie) Chocolate Candies. Le destin lui sourit de nouveau et prend la forme de bonbons ronds chocolatés enrobés de sucre multicolore, comme les Smarties créés en 1937 par Rowntree. L’idée lui serait venue en observant le chocolat fondre durant les mois d’été, rendant ainsi son transport difficile et sa commercialisation erratique. On raconte également que c’est en observant, durant la guerre civile espagnole, les soldats manger une mixture protégée du soleil par une coque de sucre dur que le concept serait né. Pourquoi ne pas enrober de sucre un bonbon dont le cœur, en chocolat, fondrait dans la bouche mais pas dans la main ni dans la poche ? Le slogan "fond dans la bouche, pas dans la main" est tout trouvé et, à l’instar des barres Milky Way et Mars, les bonbons M & M’s connaissent un succès fulgurant. Afin d’éviter les confusions avec de pâles imitations, la lettre "M" sera imprimée sur chaque bonbon. Vendus au début dans un tube, les M&M’s, comme les barres Mars, accompagneront les GI’s durant la Seconde Guerre mondiale. » (source)

Et oui, les M&Ms nous ont été offerts par la famille Mars. Comme quoi, façonner la société des obèses, ils avaient ça dans le sang (faudrait chercher s’ils sont cousins avec les McDonalds)

Mais venons-en au vif du sujet (oui il y a un vif) et au présent. Le petit Fabien devenu grand se retrouve confronté à un paquet de M&Ms. Se remémorant son enfance publivore, il tilte que le fameux slogan n’a plus l’air utilisé depuis longtemps. Il décide donc naturellement de se livrer au fameux test, comme il l’avait déjà fait jadis.

Oui, vous avez deviné ce qui s’en suivi. J’ai mis un M&Ms dans ma main fermée et j’ai attendu que ça fonde (on n’a pas des métiers faciles).

Résultat :

m&ms

Et oui, le mythe s’écroule. Me voilà la main toute schtroumfée de bleu en seulement quelques secondes.

Bafouant l’Histoire avec un grand H, les concepteurs contemporains des M&Ms se sont donc assis sur 50 ans de principes waterproofiens pour modifier la recette ancestrale et nous livrer de pâles copies honteusement solubles dans la sueur.

Et tout cela pour de vils raisons de restriction de coûts de fabrication, soyez en sur.

Décidément le libéralisme sauvage nous privera de nos plus grandes certitudes. Mais quel monde allons-nous laisser à nos enfants…

PS : non j’ai pas commencé à prendre de la drogue au travail mais par contre j’ai une sinusite de dingue qui me laboure le crâne à en chialer. D’où la petite pose bloguesque en attendant que ça passe. D’ailleurs ça va mieux :)